DxO OpticsPro 10 : Belle avancée

Par Arnaud PINCEMIN - 6 commentaires

Un an après la sortie de la version 9, DxO Labs tient le rythme et propose depuis quelques jours la dixième version de son logiciel phare. DxO OpticsPro 10 est donc disponible, et comme toujours, certains seront véritablement emballés par cette avancée, pendant que d’autres seront une fois de plus déçus par certains choix de l’éditeur français.

Pour aller droit au but, le logiciel n’offre toujours pas de système de catalogage, ne propose pas de correction locale, et ne prend pas en charge les photos des capteurs Fuji. Voilà ! Maintenant nous pouvons passer aux choses sérieuses et nous concentrer sur les vraies évolutions de cette version améliorée de DxO OpticsPro (notez au passage que le nom est désormais en un seul mot, OpticsPro, au lieu d’Optics Pro pour les versions précédentes).

dxo-opticspro-10-belle-anavcée-01

DxO Clear View : La nouvelle correction de DxO OpticsPro 10

Pour marquer la sortie de la version 10, DxO Labs a sans doute tenu à proposer une nouvelle correction unique (à rajouter à sa technologie PRIME, l’exclusivité de la version 9). Et c’est gagné ! DxO ClearView est une correction intelligente qui vous permet de supprimer l’effet de voile atmosphérique sur vos photos. Grâce à l’un de ces algorithmes que les ingénieurs de DxO Labs aiment bien nous mijoter, le logiciel analyse votre image et détecte automatiquement les zones où l’image doit être corrigée. Sur cette image par exemple, on voit bien l’action de cette correction. Le voile disparait, le contraste et les couleurs sont automatiquement rééquilibrés. Ici, seule la correction DxO ClearView est appliquée, et le résultat est assez bluffant.


DxO PRIME : La réduction de bruit selon DxO Labs

Le bruit numérique est sans doute le domaine dans lequel DxO Labs excelle. Certains se refuseront de l’admettre, mais DxO OpticsPro est bien plus performant que Lightroom dans le domaine de la réduction de bruit. Et oui ! Déjà depuis la version 8, DxO Labs avait de l’avance en la matière. Mais avec la version 9 et la technologie DxO PRIME (pour Probabilistic Raw IMage Enhancement), l’écart était bel bien marqué pour de bon.

Ce que l’on pouvait objecter à cette correction, et à juste titre, c’était le temps de traitement de l’image. Il pouvait aller jusqu’à cinq ou sept minutes si votre ordinateur était peu performant, et environ deux minutes si vous étiez bien équipé. C’était plutôt long.

Aujourd’hui avec DxO OpticsPro 10, l’éditeur annonce que le temps de traitement a été divisé par quatre. Après plusieurs essais, le temps moyen pour traiter une image de 18 MPix prise à 6400 ISO est d’environ 40 secondes (sur un i5 avec 8Gb de RAM). Autant dire que le gain de productivité est significatif.

Cependant, la correction automatique proposée reste légèrement trop élevée et a tendance à lisser un peu trop les détails. N’hésitez pas à diminuer manuellement la correction de Luminance pour adoucir le rendu (et à vous créer un autoréglage par exemple).

Quand on voit le résultat de cette correction, on comprend pourquoi les constructeurs de capteurs continuent de proposer des sensibilités ISO toujours plus hautes : les ingénieurs de l’image ne sont pas près d’arrêter de progresser. Voici un exemple de correction de bruit avec la technologie DxO PRIME, sur une image prise à 6400 ISO. Les textures et les dégradés de couleurs sont restitués fidèlement, avec une haute précision.

 

Voici un zoom dans les basses lumières.

 

Et voici un zoom dans les hautes lumières.

 

Les autres nouveautés de DxO OpticsPro 10

DxO OpticsPro 10 ne s’arrête pas là et vous propose une réelle amélioration des algorithmes de ses corrections. Il met à disposition de nouveaux curseurs dans certaines palettes et les corrections sont beaucoup plus puissantes. Vous avez donc encore plus de marge de manœuvre pour traiter vos fichiers RAW.

La correction exclusive elle aussi du DxO Smart Lighting a été améliorée pour permettre de récupérer encore plus d’informations dans les hautes et les basses lumières. Cet outil intelligent détecte mieux les zones sensibles de l’image et adapte automatiquement la correction nécessaire.

 

Les outils de DxO ViewPoint sont désormais disponibles directement depuis DxO OpticsPro. Vous pouvez donc travailler sur une seule application, à partir de vos fichiers RAW. Plus besoin d’exporter un fichier pour le traiter ensuite dans DxO ViewPoint : tous les outils sont dans la barre d’outils de DxO OpticsPro 10.

dxo-opticspro-10-belle-anavcée-13

Pour les effets argentiques du nouveau DxO FilmPack 5, le plugin fonctionne également sans problème et vous donne accès à une nouvelle palette (notez que la version autonome de DxO FilmPack 5 est disponible depuis mi-novembre).

L’interface de DxO OpticsPro 10 : pas de révolution

Comme dans chaque nouvelle version, l’objectif final est d’améliorer le confort d’utilisation. L’essentiel du travail ayant été réalisé pour la version 9, cette version dispose globalement du même espace d’affichage. Les polices ont été affinées, les contours des blocs moins marqués, mais c’est à peu près tout. Les utilisateurs de la version précédente ne seront absolument pas perdus, et les nouveaux utilisateurs se feront très vite à cette interface assez intuitive. Le design est soigné, précis.

dxo-opticspro-10-belle-anavcée-14

La politique commerciale de DxO Labs change enfin !

Après avoir reçu beaucoup de critiques concernant l’incompréhension des utilisateurs à payer plus ou moins cher le logiciel selon leur matériel, DxO Labs change désormais son offre commerciale. Et c’est un très bon point pour eux.

Il existe toujours deux éditions de DxO OpticsPro : Essential et Elite. La différence ne se joue plus sur la liste des boîtiers pris en charge, mais sur l’étendue des fonctionnalités du logiciel. Ainsi, la correction DxO ClearView et le mode de réduction de bruit DxO PRIME ne seront pas disponibles dans l’édition Essential. Manquent à l’appel également la correction Anti-Moiré, l’édition d’autoréglages ou encore la gestion des profils ICC.

Le prix en revanche a nettement baissé, puisqu’il passe de 299€ à 199€ pour l’édition Elite, et de 199€ à 129€ pour l’édition Essential.

Cette version 10 est également l’occasion pour DxO Labs de moderniser son logo. Le site internet a lui aussi pris un sérieux coup de pinceau, avec un design épuré et très visuel, pour une navigation plus agréable. Bravo à l’équipe web de DxO dont je salue le travail !

dxo-opticspro-10-belle-anavcée

Pour résumer

Cette nouvelle version de DxO OpticsPro devrait plaire au plus grand nombre de photographes amateurs et professionnels. Les avancées sont importantes, le tout dans une simplicité d’utilisation exceptionnelle. Les outils classiques sont toujours là et toujours aussi efficaces. DxO PRIME continue de surprendre en qualité mais surtout en rapidité cette fois, et la puissance du DxO Smart Lighting est unique en son genre. Quant à la nouvelle correction DxO ClearView, elle va vite faire parler d’elle pour sa haute précision dans la récupération des informations d’un fichier RAW.

Autant dire que DxO Labs n’a rien à envier à Lightroom. La qualité du traitement d’image est nettement supérieure à bien des égards à celle de ses concurrents. L’éditeur français a encore de beaux jours devant lui, pour peu qu’il se donne tous les moyens de jouer dans la cour des grands.