Obtenir un rendu HDR avec une image

Par Arnaud PINCEMIN - 9 commentaires

L’ère du numérique a largement augmenté les possibilités en photographie. Déjà à l’époque de l’argentique il était possible de développer ses films avec de nombreux procédés différents, pour obtenir des effets créatifs variés. Aujourd’hui, le numérique offre une latitude de traitement quasi infinie, tant les appareils regorgent de fonctionnalités et les logiciels de traitement d’image sont performants.

Le HDR fait partie des nouvelles techniques de post-traitement qui permettent aux photographes d’obtenir des effets étonnants. Dans ce tutoriel, nous allons voir ce qu’est le HDR et comment faire pour obtenir ce type d’effet sur vos images.

 

 Qu’est-ce que la photographie HDR ?

Le HDR vient de l’anglais High Dynamic Range, que l’on pourrait traduire en français par « grande plage dynamique ». Il s’agit en fait d’une photo avec une large étendue de luminosité, de manière à ce qu’aucune zone de l’image ne soit brûlée (blanc pur) ou bouchée (noir pur). Ainsi, tous les détails de la scène photographiée sont visibles. Grâce au HDR, on peut obtenir une excellente exposition sur toute l’image.

 

Quelle application pour le HDR ?

Une des premières utilisations pratiques de la photographie HDR est la photographie d’architecture. En effet, il est fréquent de photographier un bâtiment au premier plan avec un ciel contrasté en arrière-plan. Dans ces conditions, l’écart de luminosité entre la zone la plus sombre (le bâtiment) et la zone la plus claire (le ciel) est très importante. Ainsi, il est difficile d’obtenir une exposition correcte sur l’ensemble de l’image. Il faut donc privilégier l’un ou l’autre : soit le premier plan sera bien exposé mais l’arrière-plan sera sur-exposé, soit l’arrière-plan sera correction exposé mais le premier plan sera sous-exposé.

 

Mais le HDR est devenu monnaie courante dans les portfolios des photographes, et son utilité première (exposer correctement une image) a été détournée pour faire place à autre chose. Car ce type d’image est très impactant et peut plaire à un public différent, d’où la large diffusion d’images HDR. On en trouve dans de nombreux magazines de voyage par exemple, ou encore comme cartes postales de lieux touristiques ou de paysages. Une image plutôt banale devient rapidement plus percutante grâce au HDR.

 

Mais gardons à l’esprit qu’une mauvaise photo restera une mauvaise photo, même passée en mode HDR ! Attention à ne pas abuser de ce procédé dans vos traitements d’images.

 

Quel est le principe pour obtenir une image HDR ?

Pour obtenir une bonne exposition sur une image qui a différents niveaux de luminosité (par exemple un premier plan à l’ombre et un ciel très lumineux), il faudrait idéalement prendre plusieurs images de la même scène avec des expositions différentes et utiliser chaque partie correctement exposée de chaque image, et reconstituer enfin une photo correctement exposée sur l’ensemble de la scène. Et la solution existe ! Des logiciels comme Photomatix vous permettent de fusionner automatiquement plusieurs fichiers pour obtenir une image HDR. Avec nos appareils photo actuels, le mode bracketing d’exposition vous permet de prendre plusieurs fois le même plan avec une variation de l’exposition (par exemple -2EV, 0EV, +2EV).

Voici un exemple d’images prises en mode bracketing d’exposition. Nous obtenons ainsi une image sous-exposée, une image correctement exposée, et une image sur-exposée.

focale-zero-dxo-optics-pro-hdr-mono-image-high-dynamic-range-tutoriel-05

Ensuite, avec un logiciel de fusion d’images comme Photomatix, vous pouvez superposer ces trois fichiers pour obtenir une photo ayant une plage dynamique bien plus large. Voici ce que vous pouvez obtenir.

 

Nous obtenons une image très riche en détails, où chaque zone est correctement exposée, que ce soit au premier plan ou à l’arrière-plan. Ici nous avons utilisé trois fichiers pour obtenir ce résultat, mais vous pouvez faire la même chose avec cinq fichiers si vous le souhaitez : le résultat n’en sera que meilleur !

 

Comment obtenir automatiquement une image HDR avec DxO Optics Pro 10

DxO Optics Pro 10 propose quatre autoréglages HDR (Réaliste, Artistique, Correction de Contre-Jour, et Noir et Blanc), que vous pouvez appliquer à vos images en un seul clic ! Petit rappel sur les autoréglages : il s’agit d’un ensemble de corrections qui seront automatiquement appliquées à l’image (correction des couleurs, du contraste, du bruit, des déformations, etc.).

Pour appliquer un autoréglage HDR, ouvrez une image dans l’application. Dans la barre d’outils en haut de la fenêtre, un bouton Autoréglages, situé sur la droite, vous permet de sélectionner l’autoréglage à appliquer.

focale-zero-dxo-optics-pro-hdr-mono-image-high-dynamic-range-tutoriel-07

De manière complètement automatique, vous pouvez obtenir différents rendus HDR à partir d’un seul fichier : plus besoin de faire du bracketing d’exposition. Voici le rendu des différents autoréglages sur l’image que nous avons utilisée précédemment pour la fusion avec Photomatix (ici, nous avons utilisé la photo avec la meilleure exposition).

Autoréglage : HDR – Réaliste

 

Autoréglage : HDR – Artistique

 

Autoréglage : HDR – Correction de contre-jour

 

Autoréglage : HDR – Noir & Blanc

 

Vous pouvez donc obtenir une image avec un style HDR en un seul clic grâce à ces autoréglages. Sur ces images, seul l’autoréglage a été appliqué : nous n’avons rien modifié de plus.

Mais reconnaissons tout de même que le résultat n’est pas à la hauteur de nos attentes. Le rendu est peu éclatant, assez fade, et peu convaincant pour un résultat final. Comparativement, Photomatix donne un meilleur rendu HDR en très peu de clics. Avec les autoréglages HDR de DxO Optics Pro 10, il faut reprendre certaines corrections pour obtenir une image plus aboutie, l’autoréglage servant de base de travail.

 

Comment obtenir manuellement une image HDR avec DxO Optics Pro

Heureusement, DxO Optics Pro 10 dispose de nombreux outils très performants qui permettent d’obtenir une image vraiment impactante et de simuler le rendu HDR. Voici comment procéder.

Nous allons utiliser une nouvelle photo, que nous ouvrons dans l’application. Dès lors, le logiciel va appliquer automatiquement l’autoréglage DxO Standard. Notez que nous travaillons là aussi sur un fichier RAW, pour une récupération des informations optimale.

 

Cette image est un paysage classique avec un premier plan et un ciel lumineux à l’arrière-plan. Ici, les nuages du ciel sont en partie brûlés car il y a une grande différence de luminosité entre le champ au premier plan et le ciel. Le contraste est donc très important. Au moment de la prise de vue, le choix de l’exposition est un compromis pour obtenir des informations à la fois dans le ciel et dans le champ. Mais on pourrait dire que le ciel est plutôt sur-exposé, et le premier-plan plutôt sous-exposé. Grâce à la palette DxO Smart Lighting, nous allons équilibrer l’exposition générale.

focale-zero-dxo-optics-pro-hdr-mono-image-high-dynamic-range-tutoriel-10

Cette correction est dite « intelligente », puisque le logiciel analyse le contenu de l’image et va corriger l’exposition de manière sélective. Par défaut, le curseur est réglé sur +25, mais nous allons pousser la correction assez loin. Réglez le curseur sur +70.

 

L’exposition du ciel est corrigée (il fait apparaître plus de détails), et celle du champ n’a pratiquement pas bougé, à part pour récupérer un peu plus d’informations.

Nous allons maintenant utiliser la palette Tonalité Sélective.

focale-zero-dxo-optics-pro-hdr-mono-image-high-dynamic-range-tutoriel-12

Cette palette va nous permettre de récupérer des informations dans les différentes plages à l’aide des curseurs correspondants. En déplaçant les curseurs à gauche vous assombrissez les zones correspondantes, et à droite vous les éclaircissez. Ici, nous souhaitons assombrir les hautes lumières pour récupérer encore plus de détails dans la partie du ciel qui est brûlée. Pour cela, nous allons régler le curseur Hautes lumières à -25. Voici le résultat.

 

Maintenant nous allons déboucher les ombres du premier plan à l’aide du curseur Ombres, que nous réglons ici à +20. Et pour conserver une certaine intensité, nous allons légèrement renforcer les Noirs en déplaçant le curseur correspondant à -10.

 

Nous allons maintenant renforcer le contraste de l’image. En effet, le style HDR repose non seulement sur une exposition correcte sur l’ensemble de l’image, mais aussi sur un contraste très renforcé.

focale-zero-dxo-optics-pro-hdr-mono-image-high-dynamic-range-tutoriel-15

Pour cela, réglez le curseur Contraste à +50. Le Microcontraste va quant à lui augmenter le contraste entre deux zones de l’image mais de manière très fine, augmentant ainsi l’impression de netteté de l’image. Ici, nous réglons ce curseur à +35.

Si DxO FilmPack 5 est installé en plugin de DxO OpticsPro, vous disposerez alors de quatre curseurs supplémentaires : un curseur de Contraste Fin (qui agit plus ou moins comme le curseur Microcontraste, mais de manière plus douce pour être utilisé aussi bien sur les paysages que sur les portraits), puis trois curseurs de contraste dédiés à chaque plage de tonalité, Hautes Lumières, Tons Moyens et Ombres. Ici, nous réglons le curseur Contraste Fin sur +15, et les trois curseurs Hautes Lumières, Tons Moyens et Ombres sur +10. Cela permet de renforcer un peu plus le contraste. Si vous ne disposez pas de DxO FilmPack 5, vous pouvez augmenter un peu plus les valeurs des curseurs Contraste et Microcontraste pour compenser.

 

Pour un rendu plus vif et plus chaud, nous allons ajuster les réglages d’Accentuation des Couleurs.

focale-zero-dxo-optics-pro-hdr-mono-image-high-dynamic-range-tutoriel-17

Nous réglons alors le curseur Vibrance à +30 et le curseur Saturation à +15, et voilà le résultat.

 

Pour parfaire le résultat, nous allons ajuster la courbe des tons et utiliser la nouvelle correction DxO ClearView pour rendre cette image vraiment éclatante. Commençons par la courbe des tons. Il suffit ici de rendre les blancs plus éclatants. Pour cela, voici comment nous déplaçons la courbe.

focale-zero-dxo-optics-pro-hdr-mono-image-high-dynamic-range-tutoriel-19

Et voici l’image ainsi obtenue.

 

Enfin, nous ajoutons la correction DxO ClearView, qui supprime le voile atmosphérique des images.

focale-zero-dxo-optics-pro-hdr-mono-image-high-dynamic-range-tutoriel-21

Ici, nous réglons le curseur sur +30, pour dynamiser encore un peu plus le ciel nuageux. Nous obtenons alors une image riche en contraste, en couleurs, et en détails.

 

Gardons à l’esprit que l’autoréglage DxO Standard à partir duquel nous sommes partis a appliqué les corrections automatiques de Suppression de Bruit, de Netteté de l’Optique, ainsi qu’une correction des Aberrations Chromatiques et de la Distorsion.

Dans le cas d’un rendu HDR, il est souvent conseillé d’augmenter certaines valeurs par défaut. On pense notamment à la correction de bruit : en effet, travailler un rendu HDR à partir d’une seule image demande à ce que l’on débouche les ombres et récupère les hautes lumières de manière relativement importante. Cela implique un niveau de bruit plus élevé que l’image d’origine. Veillez donc à appliquer une correction de bruit suffisante pour compenser l’effet.

À titre de comparaison, voici le rendu que nous obtenons sur cette image avec l’autoréglage HDR – Artistique. Certes les hautes lumières ont plutôt bien été récupérées, mais l’image reste assez fade. Il faudrait ajuster la saturation, revoir le contraste, et modifier la courbe des tons pour rendre l’image plus éclatante.

 

Et voici donc l’image que vous pouvez obtenir à partir d’un seul fichier RAW avec DxO Optics Pro 10 en suivant les réglages expliqués dans ce tutoriel. Ici, l’image est bien plus vive, dynamique, et ressemble plus à un effet HDR que le rendu obtenu avec l’autoréglage proposé par le logiciel.

 

Le HDR : À consommer avec modération

Il est important de comprendre que le HDR n’est pas la solution miracle pour donner à toutes vos images un style unique. Certains rendus HDR trop poussés peuvent être franchement de mauvais goût, et desservir votre image plutôt que de la sublimer. Il faut donc veiller à utiliser à bon escient cette technique, sans en abuser.

 

Télécharger l’autoréglage

Vous pouvez télécharger l’autoréglage utilisé pour le traitement de cette image HDR. Il vous suffira ensuite de décompresser le fichier ZIP pour récupérer l’autoréglage. Pour l’ajouter à la liste des autoréglages de DxO OpticsPro 10, cliquez simplement sur l’icône Importer de la palette Éditeur d’Autoréglages et sélectionner le fichier téléchargé. L’autoréglage sera alors disponible dans DxO OpticsPro 10.

>> Télécharger l’autoréglage pour DxO OpticsPro 10

 

Vous aimez le rendu HDR ? Dites-nous comment vous procédez pour obtenir ce type d’effet et partagez vos astuces !